jeudi 29 juin 2017

La République des chats du quartier : le délit du chat au lit

Dans le quartier il y a des chats


Le chat dort ce matin, sur le coin du lit. C'est une situation d'exception.

En principe il n'est pas invité de la sorte à se répandre à nos pieds pendant la nuit.
Mais en ce début d'été, il fait chaud, et la fenêtre de la chambre reste ouverte.




Pas invité !? La nuit tous les chats font de l'esprit. Ils jouent, et quand dans le quartier plus aucun bruit ou presque ne vient perturber le silence, il n'y a plus que les chats qui rient.

Fenêtre ouverte, le chat de la maison ne demande pas de permission : il vient pour s'endormir au coin du lit.

On ne le sait que le matin en général, il sait se faire discret.


Lorsque parfois on se lève la nuit, le chat, bien répandu déjà, s'étale, s'écoule lentement sur une surface plus grande que lui. Le temps de reprendre sa place dans le lit, le chat s'y est mis.

Le chat dort. Mais dans son sommeil, on le voit parfois qui bouge ses oreilles, sa queue, une patte, parfois courir dans le vide. Il rêve. Le sommeil du chat est peuplé de souvenirs et de projets.

Quand on se réveille, le chat dort. Il ne bouge pas. On peut se lever, s'agiter, tout mouvementer, la seule chose qui est fixe et immuable dans cet univers qui s'éveille, c'est le chat.

Le chat est le centre du monde, qui tourne autour de lui.

Au moment de quitter la chambre, il sera invité par des mots gentils, des petits calins, des poussettes expressives à descendre du lit, pour sortir de la chambre.



Il sait ce que cela veut dire.

C'est à ce moment-là que ses huit livres de poils et de souplesse deviennent une chappe de plomb.

Silence et yeux fermés.

Le chat doit être très fatigué, épuisé, malade peut-être ?

Il faut le prendre, soigneusement pour ne pas le voir oublier de rentrer le bout de ses griffes, mollement sorties mais bien piquantes, et d'un seul coup retombé en enfance, le chat ouvre un oeil, regarde de quelle manière on le porte, on le soigne affectueusement, on lui prodigue des caresses.

Quand le monde devient bon et doux, le chat se réveille.

Serait-il plus humain qu'un humain ?

Le chat ment, songe, et obtient beaucoup d'attention.

2 commentaires:

  1. Et oui, il se glisse en douceur, l'air de rien, envahit votre espace petit à petit, et quand il prends trop d'espace, que vous vous insurgez ils sort ses griffes et ne veut pas lâcher le morceau...très bien vu...j'adore cette analogie des chats !

    RépondreSupprimer
  2. Nous sommes ses invités, pas le contraire !

    RépondreSupprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

La condition des sexes ou le malentendu relationnel

Je suis un homme. Mais avec un drapeau blanc. Je ne viens pas porter un quelconque jugement sur le phénomène des hashtags récents dénonçant...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers