mardi 27 juin 2017

Le Loup en France. Pourquoi tant de haine ?

Qui a peur du grand méchant loup ?...



Les anciennes terreurs auraient-elles la vie dure ? Les Français sont-ils de pauvres petits chaperons rouges menacés par la BÊTE cruelle et sanguinaire ?

Les nouveaux Ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture, Nicolas Hulot et Jacques Mézard, viennent d’autoriser l’abattage de 2 loups supplémentaires, portant à 40 le nombre d’individus pouvant être tués sur une année!



La crainte du loup est ancrée dans la mémoire collective depuis des siècles, mais n’a aucun sens. Très peureux, le loup fuit la présence humaine. C'est un vrai casse-tête pour les naturalistes eux-mêmes de les observer car ils ne se laissent pas approcher (et on les comprend, vu le sort que l’humain leur réserve depuis « la nuit des temps »). Le loup n’attaque pas l’Homme (sauf cas rarissimes et anciens de loups porteurs de la rage, dont ils avaient développé une forme « furieuse »).

Elle est tellement menaçante, cette bête, que Canis Lupus est une espèce protégée au niveau européen par la Convention de Berne depuis 1979, traduite dans le droit français en 1989.

Après des siècles d’extermination, le loup a en effet failli disparaître en Europe.


Protégé en France par l’arrêté ministériel du 22 juillet 1993 mis à jour le 23 avril 2007, le loup est inscrit dans les annexes II et IV de la Directive Habitats au titre d’espèce prioritaire. Ce qui signifie que la France doit veiller à la conservation de la population de loups et de ses habitats.


A l’heure actuelle, la population de loups en France est estimée par les spécialistes comme trop faible pour être viable. Elle atteint péniblement 360 individus environ cette année (contre 2000 en Espagne, et entre 1000 et 1500 en Italie, pays où l’on applique réellement l’interdiction de les exterminer).

Les loups sont pourtant un peu comme nous... Ils vivent en groupes organisés, travaillent ensemble, s'entraident... Et chantent en chœur la nuit... Un concert de loups... Vous avez déjà entendu? Une pure magie...


Le loup n'a pas été réintroduit, il est arrivé tout seul, d'Italie, d'Espagne, passant les frontières... Et la France n'en veut pas! Un immigré clandestin en somme. Cela ne vous rappelle rien? La France et son sens de l'hospitalité...



Le bouc-émissaire (ironie du sort)...


Les loups sont victimes d’abattages officiels et de braconnage... Belle peau, belle fourrure... Ils font de beaux trophées au-dessus des cheminées des brutes sanguinaires!

Comble de malchance, ils aiment bien un peu la viande de mouton, quand même, pour être honnête... Et pour les éleveurs, c'est bien commode de chanter la complainte de la victime... La filière ovine est en difficulté: baisse du prix de la viande, de moins en moins consommée, concurrence étrangère, maladies… Ces difficultés sont réelles mais n’ont strictement rien à voir avec les loups !!!

Les élevages ovins ne se maintiennent que grâce aux subventions européennes qui rapportent 2/3 des revenus des exploitants (hors indemnisation).
En effet, seules 0,05% des pertes d’ovins sont attribuables au loup et elles sont toujours largement compensées par des indemnisations…

Le loup est le bouc-émissaire idéal pour justifier la crise de la filière ovine, avec la bénédiction des gouvernements successifs. Qu’on se souvienne des extensions régulières d’autorisations d’abattage supplémentaires accordées par Ségolène Royal…



Il est certain que si aucune mesure de protection n’est mise en place, les attaques de loups contre des troupeaux sont possibles et réelles. Comme tout le monde, le loup « va au plus simple », et ne va pas s’user les pattes à poursuivre un chamois quand 100 brebis sans défense lui broutent sous le nez…
Il est utile de savoir aussi que les attaques sur les troupeaux imputées aux loups sont souvent le fait de chiens errants (que la présence humaine ne dissuade pas, eux)...

Un coupable idéal... et qui rapporte!


Il n’est pas inutile de rappeler que :

-les bergers obtiennent une indemnisation lorsqu’ils attribuent la perte du bétail  aux loups ; le doute profite à l’éleveur
-l’indemnisation est plus importante quand la perte est imputée au loup : elle est supérieure à la valeur marchande de l’animal tué (on comprend tout d'un coup mieux pourquoi on incrimine toujours canis lupus…)

Les lobbies de l’Agriculture et de la Chasse sont à l'œuvre…

Car le loup est le rival du chasseur… Comme lui, il s’attaque au « gibier » (chevreuils, cerfs, chamois…), et lui vole donc son divertissement favori, ce que le chasseur n’apprécie pas du tout…
On comprend mieux les pressions exercées pour éliminer ce malotru…


Rappelons simplement que la prédation par le loup pour se nourrir est NATURELLE, respecte la biodiversité, alors que la prédation DE LOISIR exercée par les chasseurs, qui peuvent se rendre dans une boucherie en cas de" petite faim", consiste à tuer pour se faire plaisir ! (aux risques et périls des autres amateurs de nature d’ailleurs, qui risquent une balle perdue au coin des bois … mais là n’est pas la question aujourd’hui…)

Une consultation publique est lancée par les deux Ministères (transition écologique et agriculture) sur un projet d’arrêté fixant le quota à abattre pour 2017-2018 entre 36 et 40 loups. Toujours plus de meurtres...

Lien vers la consultation publique et exemples d’arguments contre l’abattage de loups supplémentaires  (urgent! date limite le 3 juillet!):

http://www.aspas-nature.org/actualites/dites-non-a-labattage-de-40-loups/

Vivre en paix serait pourtant si simple...


Loups et bergers peuvent cohabiter en paix…
Ce qu’ils font d’ailleurs chez nos voisins italiens ou espagnols.
Il suffirait dans nos riants pâturages de mettre en place quelques mesures simples de protection des troupeaux pour éviter les attaques de loups :

  • installation de parcs électrique pour protéger les ovins la nuit
  • recours à des chiens de bergers (les « patous », qui font peur aux loups…)
  • installation de système d’effaroucheurs nocturnes, foxlights (dispositifs lumineux tout simples qui dissuadent l’approche du renard, et … du loup)
  • présence humaine (bergers, aide-bergers… qui peuvent être subventionnés par l’État dans les zones de présence du loup…) 

Aimerait-on mieux le loup s'il se faisait végétarien?

La Fontaine l'a bien croqué:

" Un Loup rempli d'humanité
            (S'il en est de tels dans le monde)
            Fit un jour sur sa cruauté,
Quoiqu'il ne l'exerçât que par nécessité,
            Une réflexion profonde.
Je suis haï, dit-il, et de qui ? De chacun.
            Le Loup est l'ennemi commun :
Chiens, chasseurs, villageois, s'assemblent pour sa perte.
Jupiter est là-haut étourdi de leurs cris ;
C'est par là que de loups l'Angleterre est déserte :
            On y mit notre tête à prix.
            Il n'est hobereau qui ne fasse
            Contre nous tels bans publier ;
            Il n'est marmot osant crier
Que du Loup aussitôt sa mère ne menace.
            Le tout pour un Âne rogneux,
Pour un Mouton pourri, pour quelque Chien hargneux,
            Dont j'aurai passé mon envie.
Et bien, ne mangeons plus de chose ayant eu vie ;
Paissons l'herbe, broutons ; mourons de faim plutôt.
            Est-ce une chose si cruelle ?
Vaut-il mieux s'attirer la haine universelle ?
Disant ces mots il vit des Bergers pour leur rôt
            Mangeant un agneau cuit en broche.
            Oh, oh, dit-il, je me reproche
Le sang de cette gent. Voilà ses Gardiens
            S'en repaissants eux et leurs Chiens ;
            Et moi, Loup, j'en ferai scrupule ?
Non, par tous les Dieux. Non. Je serais ridicule.
            Thibaut l'Agnelet passera
            Sans qu'à la broche je le mette ;
Et non seulement lui, mais la mère qu'il tette,
            Et le père qui l'engendra.
Ce Loup avait raison. Est-il dit qu'on nous voie
            Faire festin de toute proie,
Manger les animaux, et nous les réduirons
Aux mets de l'âge d'or autant que nous pourrons ?
            Ils n'auront ni croc ni marmite ?
            Bergers, bergers, le loup n'a tort
            Que quand il n'est pas le plus fort :
            Voulez-vous qu'il vive en ermite ?"

"Le loup et les bergers"


Sources:
http://www.leparisien.fr/environnement/nature/l-abattage-supplementaire-de-deux-loups-autorise-19-06-2017-7066890.php

http://www.aspas-nature.org/campagnes/protection/connaissance-et-protection-des-loups/8430-2/

http://www.cap-loup.fr/divers/le-loup-espece-protegee/

http://www.ferus.fr/loup/le-loup-biologie-et-presence-en-france




1 commentaire:

  1. Edifiant !
    Et bravo à Monsieur de La Fontaine qui connaissait déjà notre nouveau président Jupiter…

    RépondreSupprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

La condition des sexes ou le malentendu relationnel

Je suis un homme. Mais avec un drapeau blanc. Je ne viens pas porter un quelconque jugement sur le phénomène des hashtags récents dénonçant...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers