samedi 3 juin 2017

"L'Homme est par nature un animal politique" (Aristote)


"L'Homme est par nature un animal politique" (Aristote)


Parce que l'homme vit en société, il a su évoluer et se développer. A l'instar des autres espèces, il a imposé sa souveraineté, exploitant toutes les ressources de notre Orange Bleue. Toutes, et les animaux en font partie. D'ailleurs, ces derniers sont un pilier de l'évolution humaine: élevage, chasse, expérimentation, etc.  C'est ainsi que la consommation de masse est devenu une forme de profit, exploitée à coup de souffrance. 


La souffrance animale... vaste sujet. Alors pour écrire cet article je me suis réfugiée chez une de mes amies, qui bataille pour cette cause. 
Envoûtée par son combat, elle s'est mis à me parler de l'association L214. Cette association qui lutte pour l'éthique animale. Vous la présenter, et vous motiver à consulter ces pages pouvait être une fin en soi, et j'aurai pu clôturer, ici, cet article. Mais notre conversation à dérivé sur le végétalisme avec comme problématique: Faut-il devenir végétalien pour défendre la cause animale? Selon mon amie, c'est une nécessité. En effet, en ne mangeant plus de viande, plus besoin d'abattage, et de ce fait, plus de cruauté. 
Ma réflexion, quant-à-elle, est tout autre. En effet, si nous devenons tous végétalien, cela romprait un maillon de la chaîne alimentaire, la mettant ainsi en péril.
Voici donc plusieurs alternatives:
- Réguler sa consommation de viande. Des études montrent qu'une consommation excessive de viande rouge et de charcuterie, augmente les risques de cancer. Il est donc préconisé, pour être en bonne santé, de manger maximum 300 à 500g de viande rouge par semaine.
- Avoir une consommation éthique. Il faut privilégier, par exemple, les œufs de poules élevées en plein air plutôt que ceux des poules de batteries.
- Eviter le gaspillage: ne consommer que ce qui est nécessaire.
Les animaux ne se font pas tuer pour se retrouver éparpillés au fond d'une poubelle. Pour cela, n'hésitez pas à mettre en place dans votre quartier un frigo collectif, un potager participatif, etc.  

Ces gestes, pour ceux qui ne souhaitent pas devenir végétalien, sont un premier pas pour arrêter la production en masse de carcasses. 
Quand à ceux et celles qui souhaitent adopter la courageuse démarche du végétalisme, vous trouverez pleins de conseils sur le site de L214.

Pour arrêter ça ===> ===> Agissons!

https://www.l214.com/

Que dit Benoît Hamon à ce sujet?


Voici quelques points qu'il a évoqués pour notre Futur Désirable: 
- L'instauration d'un menu alternatif végétarien quotidien dans la restauration collective
- La transition vers des modes de production, d'élevage et de transport plus respectueux des animaux
- La reconnaissance à tout animal sauvage le statut d'être vivant doué de sensibilité
- Mise en place d'un secrétariat d'État à la Condition animale, placé sous l'autorité du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation
- etc.


N'oubliez pas, son projet est l'un des seuls à prendre en considération la cause animale! 





Pour en savoir plus: https://www.animalpolitique.com/manifeste







2 commentaires:

  1. Je me vois pas devenir végétalienne mais j'ai commencé à diminuer ma consommation de viandes, et je dois dire que je n'ai pas de manque, après ça devient une habitude et j'ai découvert plein d'autres bonnes choses comme le blé, le quinoa, les lentilles corails, etc que je n'avais jamais mangé. Et aujourd'hui je fais aussi attention à la quantité, donc moins de déchets, enfin il me reste encore bcp à faire, mais je m'améliore chaque jour...
    PCM

    RépondreSupprimer
  2. J'opte également pour cette démarche plus saine pour mon corps et la planète sans pour autant me priver totalement de viande ☺

    RépondreSupprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

c' est la cata !!!

Me revoilà après un petit passage à vide , les dernières semaines les choses sont allées mal dans le monde , mal pour la nature , pour les...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers