vendredi 2 juin 2017

Ma Déclaration ( Lettre à #BenoitHamon)

Dimanche 23 avril 2017, 20h.
De battre mon cœur s'est arrêté.
A l'annonce de ces résultats terribles qui placent la xénophobie et l'ultra-libéralisme au 2ème tour, sonne aussi le glas du résultat le plus déconcertant.
5ème position.
Un peu plus de 6% des suffrages.
En ce dimanche tant attendu, mon cœur de battre s'est arrêté.
Et pourtant il bat depuis de nombreuses années.

Élevée au grain Mitterrand dans une famille socialiste, ma conviction politique s'est forgée très tôt et a connu très jeune un épisode marquant de son histoire. Des larmes devant l'enterrement de celui que mon grand-père idolâtrait. Un triste 10 janvier 1996. Le jour de mon 11ème anniversaire. Dès lors, mon cœur de socialiste décidée ne cesserait plus de battre. Je commençais à arpenter le pavé très vite, pressée par une urgence d'agir, pour défendre le droit des élèves, celui de nos valeurs républicaines suite à un triste avril 2002 ou plus tard contre la réforme LMD, le CPE ou encore la Loi Travail. Comme mes parents l'avaient fait pour le droit à l'avortement, contre les dictatures fascistes, pour l'abolition de la peine de mort ou pour la défense de l'école publique. Les années fac à Tolbiac, fief de Mai 68, me donnent des envies de changer le monde et de m'encarter mais je choisis finalement d'assister à quelques réunions MJS parce que le désastre du 6 mai 2007 a laissé un goût amer. Convaincue par les avancées sociales du gouvernement Jospin mais encore trop jeune pour voter, je m'engage pleinement pour que "Demain ne se fasse pas sans toi" et que fleurissent les idées de démocratie participative. La défaite est rude. Mais l'espoir est là. Parce que depuis 2005, il y a ce mouvement initié par les non-éléphants, ceux qui veulent refonder la gauche et revenir à ses valeurs essentielles commencent à se faire entendre. Mais la motion Ne Passe paS. Mon cœur continue de battre mais il perd de son éclat, de son engagement, de sa conviction. Jusqu'au "mon ennemi c'est le monde de la finance" qui me galvanise, me fait finalement voter pour et me permet enfin de célébrer une victoire rue de Solférino. Comme mes parents en 1981. La suite, elle n'est que désenchantements & désillusions. Un cœur si passionné ne saurait donc t-il s'éteindre ?
Au milieu de ces cœurs sombres de socialos devenus opportunistes, toi, tu tentes de faire évoluer des idées nouvelles et commences à prendre la mesure de tes convictions. Déjà, j'avais salué ta courageuse démarche lors du référendum sur la constitution européenne qui plaçait la BCE avant le citoyen. Déjà j'avais salué ton discours contre cette mesure hypocrite de nouvelle laïcité. Oui la loi de 1905 suffit. Oui cette mesure stigmatise. "La loi de 1905, rien que la loi de 1905, toute la loi de 1905". Ton combat pour la reconnaissance du burn-out, ton NON très affirmé à la déchéance de nationalité, ton OUI persuadé au mariage pour tous. Mon cœur avait recommencé de battre. À gauche. Très à gauche. Enfin à gauche.
Et puis plus fort lorsque tu annonçais ta candidature en août sans attendre une décision synonyme de calculs politiques, encore plus quand les sondages décollaient après ton intervention à l'émission politique qui laissaient enfin entendre tes idées, et au 2ème tour des primaires, il battait la chamade.  Après toutes ces années de conviction passionnée, j'avais trouvé ma voix et ma voie. Ma perle rare. Celui qui au lieu de me convaincre par dépit, sait anticiper des idées. Celui qui met des mots sur des valeurs. Celui qui propose des mesures en fonction de convictions profondes. Mon grand-père avait eu Mitterrand, moi ce serait Hamon.
Parce que tu as su courageusement porter des idées novatrices, parce que l'universalité est ton combat, parce que l'intérêt général est selon toi supérieur au libéralisme si particulier, parce que faire battre le cœur de la France c'est mettre l'écologie & la santé au centre du projet économique & politique. Une phrase qui veut tout dire. Une phrase pleine d'espoirs. "On peut tout négocier avec une banque. On ne peut pas négocier avec la planète". Mon cœur s'exprimait via un Homme intègre, bienveillant, brillant, généreux, courageux. Bien plus qu'un programme, une vision.




Et comme un vrai cœur de socialiste bat à l'unisson avec celui de l'utopie et de l'idéalisme, parce que oui rêver c'est bien, forcément ces idées, tes idées allaient l'emporter. Parce que toi mieux que personne a compris les enjeux qui nous attendent, parce que toi mieux que personne a imaginé la société à long terme, parce que toi mieux que personne veut réinventer le monde et sait comment s'y prendre, parce que toi mieux que personne pense à la génération qui vient. Quand un cœur bat grand comme ça et que les autres ne le suivent pas, il s'arrête de battre. Et puis non.
Parce que l'utopie sera toujours plus forte.
Parce que maintenant que la voie est là, ta voix est prête à se faire entendre.
Parce que tes soutiens s'organisent et que nous y croyons tous les jours un peu plus fort.
Parce qu'il va falloir expliquer encore et argumenter toujours pour ta vision pour convaincre et l'emporter.
Parce que nos cœurs pensent à un futur désirable.
Parce que nous n'avons perdu qu'une bataille mais qu'avec toi, la paix sociale et environnementale est à portée de main.
Parce que nous le savons, tes idées valent bien plus que 6%.
Parce que notre cœur de battre ne fait que commencer.

Émeline L. S
Contributeur

2 commentaires:

  1. Bravo,pour ce bel article passionnant et passionné, plein d'espoirs, les gens le connaissent mal il s'est toujours battu sur la même ligne politique et n'a jamais renoncé à ses convictions, il ne baisse jamais les bras, il mène le combat oui nous avons perdu une bataille et peut-être en perdrons nous encore, peu m'importe, j'ai étudié son programme à fond et acheté ses bouquins et... et quoi ? ben j'ai envie plus que jamais de soutenir son programme que je trouve très complet et très précis mais aussi l'homme humaniste,sympathique et surtout redoutable par son calme tout en ne cèdent rien, comme il l'avait si bien dit " je suis un roseau, je me courbe, je plis, je me redresse, je casse pas et je ne cède rien". je fais partie des 6% et j'en suis fière, je regrette rien. Aujourd'hui des choses se mettent en place du côté de chez moi, nous repartons à la reconquête d'un monde meilleur pour nos enfants tous ensemble avec toi B.HAMON
    PCM

    RépondreSupprimer
  2. Très très juste
    Personne en politique ne m'avait touché au coeur comme Benoît
    Sa sincérité m'a touchée dans ma conviction qu'il n'y à que l'amour et la compassion qui sauveront le monde
    Que le respect de l'environnement et de la vie
    Qui fera de nous des humains fiers de laisser à nos enfants un monde meilleur que celui que nous connaissons actuellement
    J'étais persuadée que vous alliez faire la nique à ces vendus voleurs et hypocrites mais votre famille politique ces nazes qui vous ont lâchement tourné le dos et les médias qui ont largement contribué à votre descente avec leur sondages et le matracage de cerveaux
    Ont bien écarté mon espoir de vous voir élu
    C'est pas grave vous avez 5 ans pour faire évoluer les mentalités
    5 ans pour toucher le cœur de tous les Français
    Je prêche et precherai pour vous Benoît
    Avec ces milliers d'amis comme moi qui sont intimement convaincus que la prochaine sera la bonne
    Merci Benoît d'être ce que vous êtes:intégre et droit dans vos bottes ;humaniste et sincère
    Merci de m'avoir montré qu'il n'y a pas que les hommes et femmes que je côtoie qui sont dans cette sincérité,cette simplicité mais qu'il peut y avoir aussi un chef d'État..

    RépondreSupprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

c' est la cata !!!

Me revoilà après un petit passage à vide , les dernières semaines les choses sont allées mal dans le monde , mal pour la nature , pour les...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers