lundi 24 juillet 2017

Le contraire de l'amour, c'est la peur

Je ne connais pas Katherine Pancol, j'ai une ignorance qui confine au mépris pour ce qui est des romanciers contemporains français, tellement ils m'ont déçus mais force est de constater que la citation de l'auteur est juste.

"Tu sais Maman, le contraire de l'amour, ce n'est pas la haine, c'est la peur."


On dit souvent que les personnes xénophobes et ostracistes sont haineuses. Mais la haine est un sentiment proche de l'amour et la haine ne rend pas lâche ou peureux. La haine est un sentiment destructeur et quelque part, on élabore quelque chose dans sa vie avec la haine. Elle pousse à agir, à avoir du courage. Elle est proche de la colère, de la révolte.
La haine ne s'accorde guère avec le racisme.
Le racisme est encore ce sentiment honteux, peureux, lâche, qui ne s'expose pas au grand jour. On se sent pousser des ailes à plusieurs, on lynche un bouc-émissaire, il y a ce phénomène de groupe déshumanisant qui opère, qu'on regarde dans le chef d'oeuvre de William Golding , Sa majesté des Mouches où un groupe d'enfant lynche sous la peur un autre enfant pour exorciser sa peur.

Voir aussi les grands rassemblements de la population allemande galvanisée sous le régime nazi: ceux qui ont soutenu ce régime avaient disparu comme par magie après la défaite.
Le raciste  n'est pas indépendant, franc-tireur, il n'a rien d'un réel individu, il cherche toujours à se protéger en se cachant derrière les autres, derrière un paravent d'honnêteté, ou de probité, de fausse intellectualisation. Il a ses héraults et ses héros, des pseudos intellectuels comme Zemmour, Houellebecq, etc...des hommes qui fuiraient un champs de bataille dans une vraie guerre mais qui cherchent à envoyer les autres se faire tuer.
Dire qu'on est anti-musulman pour les valeurs de la démocratie, ça protège, plutôt que de dire qu'on a la trouille de voir changer son petit monde, et qu'on déteste l'immigré, l'arabe.Cela fait mieux dans le CV.

Forcément, le racisme, cela n'est pas constructif, sur le long terme. Cela n'est pas source de renouveau, d'expansion, de dynamisme.
On se replie sur soi-même et il devient difficile de continuer à communiquer.
Finalement, le racisme se consume lui-même.
La peur consume et empêche d'avancer.

Ce monde avance et change, c'est devenu une évidence. On a redistribué les cartes.
La mode se décide en Chine, la France subit, elle n'est plus celle qui invente, créée et donne le ton.
La France n'a trouvé que la guerre pour essayer de subsister comme grande puissance, et peser sur le Monde et se cache derrière de grands discours creux, et ses alliés américains.
La France n'a plus de quoi subsister seule.
Le repli  sur soi consume la France.

Elle ne s'aime même plus elle-même. Les Français n'aiment plus ceux qui nous gouvernent, n'aiment plus le système, certains sont de plus en plus enclins à ne plus s'aimer.
Le contraire de l'amour, c'est la peur. Dans la peur, ni honneur, ni fierté.



Il y a 15 ans, ce jour, des hommes, des femmes et des enfants mourraient dans une tragique attentat et l'Occident commença à avoir peur, on se servit alors de ces morts pour déclencher une guerre de civilisation, planqué derrière un discours idéologique bidon, des armes de destruction massive.

En face, les autres ont la haine et nous avons perdu ce qui pourrait les vaincre. Il ne reste qu'à espérer que continuent de se lever des hommes et des femmes, libres, indépendants, dont l'amour de l'humanité soit la plus forte, ici et ailleurs.
L'amour est ce seul sentiment créateur qui permette d'atteindre l'éternité. Et par là même de durer.
Là est le paradoxe pour les identitaires : leur comportement dessert leur soit-disant cause. Ils sont eux-même les fossoyeurs de la civilisation à laquelle ils disent tant tenir mais qu'ils n'aiment pas plus qu'ils ne s'aiment vraiment. A force de se regarder dans l'eau, inquiet de lui-même, Narcisse est tombé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

Place du travail

Place du travail En cette période de manifestation sociale, conséquence d'une ordonnance pour le moins controversée, je me s...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers