mercredi 5 juillet 2017

Le premier jour du reste de ta vie... #M1717



Voilà, c'est fait.
Socialistes (dans le Parti ou pas), on s'est battus pendant la campagne, on a battu la campagne, on s'y est perdus... Puis on s'est retrouvés!
Plus fort que jamais sans doute, j'espère...



Quelle journée...
Commencée sous la pluie... dans la crainte d'un rendez-vous manqué...
Et puis en approchant de Paris, les gouttes se sont espacées...
Météo des âmes, les nuages sont en déroute!!!

Pelouse de Reuilly.
Arrivée en retard, loupé Edwy Plenel...
Les gens affluent...
Des groupes, on se sent un peu perdu... dans l'attente...
Et un groupe plus dense que les autres. Benoît est là...
Il ne pleut plus du tout.



Arrêt sur image.
Début du Grand Jour.

Benoît Hamon est déjà là dans la foule, patient et souriant.


On l'observe de loin, on n'ose pas...
Et c'est déjà tellement bien comme ça... Etre là, ce jour-là.
Que ce jour-là existe dans la morosité politique et l'avenir menaçant...
Alors j'avoue, je me suis détournée de la scène pour le suivre des yeux... besoin de retrouver la lumière...
Non je ne le divinise pas. Il en serait fort fâché d'ailleurs, notre "Homme non-providentiel".

Les temps sont tristes et inquiétants.
Et j'ai soif d'espoir.

J'avais bien essayé parfois de me résigner, de me dire "On s'en fout du monde autour, on s'en fout de Jupiter, on s'en fout de la société qui se délite, et des idéaux morts"... J'avais essayé parfois de verrouiller la porte de mes émotions.
C'était compter sans un trublion nommé Hamon, qui n'a rien lâché et continue envers et contre tout à rallumer les braises de ce feu que d'autres ont laissé mourir... qui continue à nous transmettre cette flamme et nous invite à la porter... et oui Sophie, Prométhée!

Le premier jour du reste de nos vies...

Partage.
Rencontre entre nous tous (ou presque... bientôt tous!) qui nous connaissons déjà si bien et si peu sur les réseaux sociaux!
On se découvre, on se reconnaît, ça matche tout de suite! Même longueur d'ondes! Quelle journée!

On s'approche de la scène.

Les intervenants parlent au cœur et à l'âme. Fort. Cela tape, pleine poitrine, notre armure se fissure.
On parle d'une société où chacun aura sa place, merci Gaël Giraud. Merci Cécile Duflot, qui secoue notre abattement face à l'incontournable dégradation sociale et à l'inégalité... Merci Jean-Baptiste Del Amo pour la cause animale, celle dont je ne pourrai jamais dire "on s'en fout"... les "sans-voix", ceux qui meurent par millions dans la souffrance et le silence, partout...

Et voilà.
Arrive Benoît...

La Pelouse de Reuilly est couverte de monde, une foule incroyable en cette période où aucun enjeu électoral ne peut expliquer pareille mobilisation. Le besoin de continuer à avancer, à espérer, à croire qu'on peut le construire, ce "futur désirable", en s'y mettant tous.

Pas une phrase inutile, toujours juste, toujours clair, essentiel... Juste critique d'un gouvernement dévastateur, du projet de loi travail à l'intégration liberticide de l'état d'urgence dans le droit commun, passant par les migrants, dont Jupiter veut se défaire...

On applaudit. On rit aussi.

Il fait grand soleil.

Il nous parle de construire, de paix, de fraternité, de dignité, de vivre mieux... Transition écologique, égalité des chances, liberté... toutes ces valeurs socialistes que la "gauche" a oubliées...

On crie et on pleure quand il annonce son départ du Parti Socialiste. On hurle sans savoir si c'est de soulagement ou de désespoir... le Parti Socialiste, qui a foulé aux pieds nos idéaux depuis des années. Il fallait partir. Arrachement. Libération.

Merci pour ce courage, Sisyphe Heureux et libre! Enfin!

On se promet d'avancer, ensemble. Le chemin est tracé, les troupes réunies, prêtes à en fédérer d'autres.
L'avenir commence le 1er juillet.
La porte est grande ouverte, le cœur à nu.

On se sent si fort et si fragile.
Avec l'espoir renaît la peur que ce bel élan ne "tienne pas dans la durée"... Mais on s'en fout. On est là, ensemble, avec lui, qu'on n'arrivera pas à quitter des yeux. On essayera de s'éloigner... Mais on reviendra, on en veut encore, de cette force que rien n'arrête, de cette foi inébranlable en l'humanité...

Merci Monsieur Hamon de réveiller nos envies et nos espoirs.
Merci pour ces quelques mots échangés, votre bienveillance patiente face à ma timidité ridicule que je croyais disparue...


Merci les amis, François, Luna, Nadine, Sophie, Claire, Martine, Artistide, Ambra, Aurélie, Gérard, tous... visages maintenant familiers, compagnons de voyage et de lutte.


C'est le premier jour du reste de nos vies...

Le premier jour où il me semble ne plus subir.

J'ai dans la tête la chanson de Daho...

"Un matin comme tous les autres
Un nouveau Paris
Rechercher un peu de magie
Dans cette inertie morose

(...)

Rester debout mais à quel prix
Sacrifier son instinct et ses envies
Les plus confidentielles

Mais tout peut changer aujourd’hui
Est le premier jour du reste de ta vie
C´est providentiel

Debout peu importe le prix
Suivre son instinct et ses envies
Les plus essentielles

Tu peux exploser aujourd’hui
Est le premier jour du reste de ta vie
Non accidentel..."

Le premier jour (du reste de ta vie)

7 commentaires:

  1. Bravo il n'y a rien à ajouter, beaucoup d'émotion en lisant cette article, merci beaucoup d'exprimer ce que nous ressentons...

    RépondreSupprimer
  2. merci aussi à toi, et aux 11000 qui étaient là

    RépondreSupprimer
  3. Bravo Anne, toujours des jolis textes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci... C'était une journée extraordinaire...

      Supprimer
  4. Quel lyrisme dans ce texte ! Mais je reconnais un peu l'ambiance, en effet. C'est Mme Duflot qui m'a encore davantage impressionnée, par la forme surtout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci... Journée d'émotion et de passion... Cécile Duflot a été enthousiasmante, c'est vrai!!

      Supprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

La condition des sexes ou le malentendu relationnel

Je suis un homme. Mais avec un drapeau blanc. Je ne viens pas porter un quelconque jugement sur le phénomène des hashtags récents dénonçant...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers