mercredi 2 août 2017

Macron et le retour du système féodal


La nouvelle est tombée: l'Assemblée a voté son suicide en autorisant le gouvernement à légiférer par ordonnances, en fait, nous allons vers un système de chambre d'enregistrement pure et simple.
Nonobstant le fait que ça rend donc le système parlementaire obsolète, on se demande à quoi ceux-ci servent, il est une réalité: nous avons élu des gens qui sont en train de devenir inutiles, qui seront donc payésà ne rien faire et qui n'exercent plus la fonction que l'on leur a demandé à l'origine:

Être nos représentants.


Qui représentent-ils en fait, hormis eux-même? 

Certains rencontrent-t-ils leurs électeurs en dehors des élections et des banquets petits fours de l'élu local où ils viennent faire acte de présence? 
Des élus locaux qui ne sont que rarement  à leur permanence et qui souvent n'habitent ou ne travaillent même pas à l'endroit où ils sont élus?
Un exemple: Cédric Villani élu de l'Essonne rattaché à l'Université de Lyon...
Qu'est-ce qu'il connaît de l'Essonne?

Combien ont été parachutés, à la manière de nobliaux locaux dont on octroie un fief?


Et ce libéralisme dont on nous rebat les oreilles?
Est-ce vraiment un système libéral que Macron veut nous faire avaler de force?

Un système libéral, j'en ai connu un en Suisse.
Il ne fonctionne pas du tout comme cela et malgré ce qu'on veut nous faire croire:
-il y a un système de protection sociale
-il y a un voire des états forts car tout canton a le droit de légiférer, c'est un état,  et le fédéral également a pouvoir sur l'économie.

Seulement:


-l'employé a des droits, il peut négocier son contrat, il peut partir et obtenir des indemnités  lourdes contre les fautes de l'employeur , une vraie inspection du travail existe

-l'entreprise est libre de se monter mais elle a quand même des devoirs vis à vis de l'état ou de la ville ou du canton, ou du fédéral....

Ce n'est pas le credo de précariser les pauvres et les classes moyennes afin de laisser les patrons s'enrichir et redistribuer de la richesse.
Ce n'est pas la volonté de faire rentrer de force ces réformes précarisantes, de faire reposer l'effort budgétaire sur les gens faibles et d'enlever les taxes sur les hauts revenus.
Ce n'est pas plafonner et restreindre les indemnités prud’homales en laissant, de surcroît la possibilité à l'employeur de faire un contrat de travail restrictif au possible.

Cela, c'est du Féodalisme.

Même la Droite de Papa n'a pas oser aller aussi loin.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

La condition des sexes ou le malentendu relationnel

Je suis un homme. Mais avec un drapeau blanc. Je ne viens pas porter un quelconque jugement sur le phénomène des hashtags récents dénonçant...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers