jeudi 6 juillet 2017

Macron se fout de notre gueule …

Article publié pour le compte de et rédigé par François Marandet


Il nous parle de comptes « insincères » à 3,2 (prévu 2,8 par l'équipe Hollande, dont faisait partie Macron ) % du PIB en déficit budgétaire, et 9 milliards qui resteraient à trouver pour respecter les engagements européen.
Et il veut faire porter la charge de la baisse du déficit sur les classes moyennes et pauvres.


Il nous mène en bateau, d'une part parce que avec le CICE, il est en partie responsable de ce dépassement, mais en plus, il cherche des financements pour les parties non budgétées de son programme, favorables aux plus riches, les détenteurs d'actions, et financements d'autres cadeaux fiscaux qui ne seront ni pour vous ni pour moi.



Il suffirait de supprimer le CICE, qui coûte cher et ne sert à rien, (son prix est exorbitant pour un résultat minime sur le chômage), ou bien de le réformer pour qu'il ne profite qu'aux petites entreprises qui en ont besoin, et non aux grandes entreprises et aux multinationales qui ont refait leur trésorerie et rémunéré les actionnaires aux frais de l'Etat, donc à nos frais.
  • Petit calcul (PIB = 2 118 milliards d'euros, déficit d'après la Cour des Comptes 3,2 %) :
  • Déficit de 3,2 % du PIB = 3,2 x 2118 /100 = 67,7 milliards,
  • Sans le CICE de 35 milliards, le déficit aurait été de 32,7 milliards, donc de : 32,7/2118 =1, 54 % du PIB et bien inférieur à ce que promis par Macron.
  • Même en prenant 20 milliards comme chiffre de référence annuel du CICE, on serait à 2,25 % du PIB.


  • Macron prend donc le 3,2 % - 2,8 % soit 0,4 %, pour prétendre qu'il manquerait 9 milliard dans les comptes : est-il sincère 0,4 x 2118/100 = 8,4 milliards, et pas 9.
  • D'autre part, la croissance prévue (avant toute action macronienne) serait comprise entre 1,6 % et 2 % ce qui rend le différentiel entre le déficit et la croissance, en baisse de façon considérable et c'est le seul chiffre qui compte pour arriver à un équilibre budgétaire. Ce nombre magique de 3% de déficit, qui en lui même n'a aucun sens, a été choisi à la louche. Le différentiel serait donc compris entre - 0,225 et + 0, 05 % ce qui nous approcherait du moment ou le remboursement de la dette commencerait.


Les politiques et les économistes libéraux comptent sur l'incapacité de la plupart des français et spécialement des journalistes à faire une règle de trois (programme de CM2 ?) et se foutent ouvertement de notre gueule !

Il n'y a donc aucune raison de faire peser l'austérité sur les classes moyennes les « pas grand chose » et les « riens », voire les « sans dents » en résumé la plèbe et les fonctionnaires tous ces insectes rampants sur le sol aride, alors que d'autres pètent dans la soie.

2 commentaires:

  1. Effectivement on retire le cice pour les grandes entreprises et on peut utiliser une partie pour les petites entreprises,pour les agriculteurs bio pour les aider à s'installer et pour le RU😉...
    Nk

    RépondreSupprimer
  2. Ils se foutent de nous. Ils ne s'en foutrons pas longtemps !

    RépondreSupprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

La condition des sexes ou le malentendu relationnel

Je suis un homme. Mais avec un drapeau blanc. Je ne viens pas porter un quelconque jugement sur le phénomène des hashtags récents dénonçant...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers