vendredi 3 novembre 2017

Cruauté légale envers les animaux




Nous sommes soit-disant en démocratie et dans une société moderne.

Oui, c'est ce qu'on veut nous faire gober.

La réalité est toute autre.
















Prenons le cas de la chasse. Ce chapitre sera plus long, vu que l'actualité nous offre des exemples récents.
La chasse a été le privilège durant des années de la noblesse sous l'Ancien Régime, ce qui a créé les chasses à courre, les véneries et toutes les survivances nobles, ainsi que tout le fatras culturel lié à la chasse dans la tête des gens peu évolués, selon moi hein, bon, croire qu'on est mieux que les autres avec un fusil dans les mains contre de pauvres bêtes désarmées, c'est pas un titre de noblesse ou de montre de virilité...
Les pauvres, les sans-culottes, les vilains et serfs braconnaient pour vivre.
Donc quand la République est arrivée, on a donné le droit à tous de chasser.
Il est vrai que la chasse procurait  des protéines aux familles dans les campagnes pauvres, jusque dans les années 50/70.
Mais la situation est toute autre maintenant.

Non seulement, on peut se nourrir convenablement sans énorme apport de nourriture carnée, maintenant, on a le choix, d'ailleurs la chasse ne nourrit plus personne réellement, faut voir dans les supermarchés l'abondance de biche ou de faisan bon marché...(sic), mais en plus, le nombre de chasseurs se réduit drastiquement, malgré des fraudes ( s'enregistrer sur plusieurs départements par ex).


En outre, il s'avère selon les scientifiques que pour avoir un écosystème qui fonctionne correctement, la présence de gros prédateurs comme les loups, ours, et lynx, est indispensable à la nature. Or, il est devenu difficile en France, du fait du lobby des chasseurs, d'avoir ce genre de présence. Les loups, ours et lynx ne posent d'ailleurs pas tant de problèmes que ça.
Oui, car les chasseurs vont vous répliquer que c'est dangereux pour l'homme, les gros prédateurs.
Sauf que les cas de morts violentes d'êtres humains liés aux grands prédateurs, il y en a, mais c'est le fait du prédateur ultime: l'homme.


Récemment, une femme de 60 ans est morte dans son jardin, car le chasseur, qui était en infraction avec la loi,  dans les 150 m d'exclusion de chasse*, a tiré en direction de la haie et l'a abattue. Et ces infractions continuent de se multiplier sans réelle prise de  conscience de la part de nos gouvernants aveuglés par un lobby de la chasse qui serait puissant.

Récemment, voir le lien du début, un chasseur a osé rentrer dans un jardin privé pour tuer un cerf qui s'y était réfugié, en violant le domicile d'autrui, en outre. Cela a provoqué une onde d'indignation, l'homme a eu son identité dévoilée et il a reçu des menaces, autant je n'arrive pas à le plaindre, autant je trouve que ces menaces sont stériles car il faut maintenant purement et simplement interdire la chasse hors gardes forestiers.


La chasse est inutile car elle perturbe un écosystème en bonne santé, et à  court terme notre environnement ( les milliers de kilos balancés en plomb dans la nature ne disparaissent pas comme ça et sont autant de poisons pour tous)

La chasse est dangereuse pour tous et cruelle envers des animaux que les chasseurs tuent gratuitement, donc en accord avec la  définition de la cruauté: tuer pour le plaisir est quand même tout ce qu'il y a de plus sadique.


Quand aux autres cruautés contre les animaux commises en toute légalité:

Nous avons interdit récemment la reproduction dans les  Marineland, les condamnant à terme.

Des débats font rage en ce moment pour interdire les cirques avec animaux sauvages. Faut dire que voir des tigres et lions en cage, en plein cagnard, sur des parkings, ça donne de moins en moins envie de se divertir sur leur souffrance.


Mais qu'en est-il des zoo, où nous enfermons des pauvres bêtes dans des cages comme des prisonniers pour toute leur vie, en nous cachant derrière le fait d'aider à la sauvegarde des espèces rares, espèces qui ont été pillées et sorties de leur milieu naturel pour peupler ces mêmes zoos, alors qu'il suffirait d'envoyer ces animaux dans des zones protégées de leur milieu naturel, tout le monde sait qu'il est très dur d'obtenir des naissances dans des cages, d'ailleurs...

Qu'en est-il des animaux exotiques, les nouveaux , les NAC, qui sont souvent eux-même arrachés à leur milieu naturel et coincés dans des cages, faisant l'objet de trafics abjects et étant à terme un danger pour la planète, mais qui flattent l'égo de propriétaires content d'étaler leur python géant, avec lesquels il est d'ailleurs difficile d'avoir des liens affectifs ( mon avis hein).


Qu'en est-il de la corrida, cette horreur barbare, constamment défendue par la "culture" alors que ça vient d'Espagne depuis peu? Là aussi, on tue pour le plaisir.

Nous vivons dans une société où nous avons légalisé la cruauté envers les animaux, on ne peut qu'aboutir à cette conclusion, et nous continuons dans le but de nous divertir...

Triste constat.

Sans exiger le véganisme et tomber dans des extrêmes, selon moi, on se demande quand ces horreurs vont-elles cesser et quand nous allons prendre les mesures qui s'imposent car à justifier cette violence envers les animaux, on continue à banaliser la maltraitance animale qu'on retrouve envers les animaux domestiques et ceux dits de compagnie.








*texte ici "L’article L. 422-10 du Code de l’environnement prévoit en effet que les terrains situés dans un rayon de 150 mètres autour d’une habitation ne peuvent être soumis à l’action de l’association. Cela veut dire que ce terrain est exclu du territoire de chasse de l’ACCA et, qu’en conséquence, les chasseurs qui en sont membres ne peuvent y chasser."


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

La condition des sexes ou le malentendu relationnel

Je suis un homme. Mais avec un drapeau blanc. Je ne viens pas porter un quelconque jugement sur le phénomène des hashtags récents dénonçant...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers