vendredi 12 mai 2017

du sentiment en politique




Comme beaucoup d’entre vous sans doute, j’ai été frappé par la violence de la campagne présidentielle. Cette violence a laissé derrière elle des séquelles profondes, non seulement au sein des partis, rongés par les trahisons et les mensonges, mais aussi parmi les amis, ceux qui ne se parlent plus, et parmi les familles elles-mêmes. Ces déchirements rappellent ceux de l’affaire Dreyfuss, à ceci près que si Dreyfuss divisait l’opinion en deux camps opposés, on assiste ici à un fractionnement en une  multiplicité de groupes hostiles. Un véritable poison s’instille dans la société, mélange de colère, de rancœur, exacerbé en haine.

 Les observateurs autorisés déplorent que la campagne n’a été le lieu d’aucun débat de fond. Des questions pourtant essentielles pour la gauche, comme la nature de l’UE, ou le contenu d’une refonte démocratique des institutions politiques ont été escamotées. La campagne a été essentiellement populiste. En dehors des simplifications outrancières du populisme, cette approche politique se caractérise par la mise en scène des conflits réels en une représentation : celle de la lutte du peuple, incarné par son chef, contre un groupe social honni : l’oligarchie, la finance, les média, la gauche, les technocrates, les juges, les intellectuels, les bien pensants, les bobos, les étrangers, les musulmans, l’Europe, l’Allemagne, …..  .  A chacun son ennemi. On pourra bien sûr y reconnaître les campagnes de François Fillon, M Le Pen, JL Mélenchon, et dans une moindre mesure, E. Macron.  Cette lutte du « nous » contre le « eux » est implacable car son enjeu n’est rien de moins que la survie du peuple. Elle est hystérisée par les discours, les meetings, les dénonciations qui exacerbent la frustration des militants et la redirige en haine des ennemis que le chef a désignés. Cette approche a été théorisée par certains penseurs « post marxistes » comme Chantal Mouffe, dans la ligne du juriste nazi Carl Schmitt, et appliquée avec méthode par JL Mélenchon. C’est à mon sens une lourde faute et un obstacle difficilement surmontable à une union de la gauche écosocialiste.
A ce déferlement de sentiments s’ajoute la confusion née des lamentables palinodies de la droite et du dévoilement brutal et scandaleux de la nature antisociale de la direction du PS, et encore s'ajoute la pression du vote utile.  C’eût été miracle que, dans ce chaos, une candidature invoquant l’intelligence collective pût se faire entendre. Benoit Hamon n’a recueilli que 6,35 % des suffrages.
Peur, frustration, colère et haine. Portrait pas très joli de mon pays. J’ai pourtant trouvé, à fréquenter les murs hamonistes, d’autres sentiments. En premier lieu un désir de vie, éveillé par l’énoncé d’une utopie d’émancipation, le futur désirable. Le désir de vie devient une force de transformation sociale dès qu’on le reconnait aussi chez ses semblables. Cette capacité de se trouver soi même chez l’autre, pour laquelle les humains ont de bonnes dispositions neurologiques, c’est l’empathie, condition préalable de la démocratie. 
Alors, 6,35%, c’est plutôt un espoir, non ?

1 commentaire:

  1. Pleinement d'accord avec l'analyse. Bravo. Effectivement, le National Populisme développé par Mélenchon s'articule essentiellement sur la dénonciation et l'exclusion. Un tel est un traître, l'autre un oligarque, reprenant les sémantiques du FN, il contribue à sa banalisation. Le dégagisme n'est rien d'autre qu'un poujadisme de gauche. Le souverainisme qu'il défend n'est qu'une construction politique d'ennemie contre lesquels la France devrait se défendre. Si la France doit se défendre, c'est qu'elle est attaquée, la discours guerrier se met en place. Là encore on désigne des rivaux au lieu de partenaires, des rapports de force au lieu de proposition, des capitulations plutôt que des recherche de consensus. C'est d'ailleurs la même stratégie nihiliste et suicidaire que France Insoumise a imposé à la gauche. Tous les partis de gauche y ont été confronté, jusqu'au PC pourtant partenaire historique et soutien actif de la campagne présidentielle de Mélenchon et pourvoyeur principal de ses parrainages. Le dogmatisme de quelques cadres s'exprime pleinement. Jours après jours la véritable nature de ce mouvement transparaît derrière la parure de gauche, se cache en réalité un National Populisme pyramidal pourvu d'une gouvernance doctrinaire et autoritaire.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

Place du travail

Place du travail En cette période de manifestation sociale, conséquence d'une ordonnance pour le moins controversée, je me s...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers