vendredi 18 août 2017

Dans tout ça, où est la paix?


Envie de vomir face à l'indécence des médias ce matin sur l'attentat de Barcelone et de son jumeau à Cambrils, même les visages affligés des hommes et femmes troncs sentaient la fausseté, on en est venu à ne rien savoir des victimes et de leur situation.

En revanche, on savait tout sans rien savoir des meurtriers et coupables présumés.


Les gens commencent à le dire: à force de faire des heures et des heures en direct sur ces attentats, comment ne pas voir un rapport de cause à effet? Comment ne pas se dire qu'il semble exister un rapport malsain entre les médias et les terroristes?
Les uns fascinés par les actions des autres , en faisant des gros titres de plus en plus catastrophiques et en entretenant la psychose?
Les autres sachant qu'ils ont droit à des heures de direct sur leur personne?


Dans tout ça, où est la paix?

On ne lit que des déclarations sur le net de va-t-en guerre qui seraient d'ailleurs les  premiers à se cacher si on avait une vraie guerre, vous savez, de celle qui vous envoie des bombardements sur la gueule et vous ruine une ville entière, vous créé des charniers, vous déplace des réfugiés qui se retrouvent sans rien!

Oui, je sais, franchement, c'est dégueulasse, ces attentats de dingues mais est-ce que c'est en rapport avec ce qu'il se passe en Syrie, en Irak, ce qui s'est passé en Libye, ce qui se passe à Gaza?
Pourquoi en arrive-t-on à hiérarchiser les douleurs, les victimes, les monter au pinacle quand ce sont "les nôtres" et certains poussent l'horreur à en rendre responsables ceux dont nos bombes ont contribué à priver de paix dans le pays et priver de foyer, qui sont réfugiés et qui peuvent crever dans les bois en essayant de survivre alors que certains ont de beaux jardins et de belles maisons juste à côté?


Ces victimes qui ont perdu de la famille à Fallouja, Tripoli, Alep comme ceux qui ont perdu un enfant, un père, une grand-mère à Nice, Barcelone, Londres?

Ce sont pourtant les mêmes victimes, sauf que eux viennent ici pour trouver de l'aide et aucun journal national ne fait le portrait des leurs en leur rendant hommage, et aucun dignitaire ne s'agenouille ou ne se recueille face à une stèle commémorative?
Aucun drapeau sur le profil Facebook? Mais des CRS et des centres de rétention...des interpellations et des vexations, un Cédric Herrou en prison pour délit de solidarité...

Dans tout ça, où est la paix?

Tant que la haine répondra à la haine, qu'on continuera à huiler la mécanique de la guerre et des conflits, que les engrenages seront bien en marche, qu'on bombardera en représailles des pays où des gens innocents trinquent, et bien l'obsolescence programmée de cette mécanique meurtrière n'est pas prête d'arriver...



Que les faucons continuent d'essaimer les représailles, nous continuerons tous de pleurer nos morts de tous les côtés.

Et la Paix...on va continuer à la chercher...






Tableaux: 
Guernica de Picasso
La Grande Guerre de Magritte 
Dali: Le vrai visage de la Guerre


2 commentaires:

  1. Tout à fait vrai. Il suffit de lire les commentaires des internautes à la fin des articles de presse, pour comprendre que les médias nourrissent la toile et la toile les violences, la violence les médias. C'est un cercle infernal.

    RépondreSupprimer
  2. Je confirme ce que dit Nadia un cercle infernal, plus les médias en parleront plus ils continueront, très bel article , merci !
    NK

    RépondreSupprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

La condition des sexes ou le malentendu relationnel

Je suis un homme. Mais avec un drapeau blanc. Je ne viens pas porter un quelconque jugement sur le phénomène des hashtags récents dénonçant...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers