mercredi 28 février 2018

Chronique d'une France ordinaire par Sebastien Moineau


Vers 1 h du mat, je reçois un mail de Pôle Emploi, me demandant d’actualiser mon CV. Je m’exécute immédiatement, pour servir mon pays.

Sur la page d’accueil, voici le nombre d’offres disponibles:

Nous sommes 6,7 millions de chômeurs sans emploi (A, B, C,D)

Plus de 9 millions en recherchent (en poste, temps partiel), sans compter les non inscrits ou radiés.


Les 35 h en 2002 ont permis la création de 350 000 emplois. Depuis, rien n’a permis la création d’autant d’emploi. Pas même le CICE qui est la mesure la plus lourde (45 milliards de cadeaux aux entreprises) pour théoriquement favoriser la création d’emploi. Au mieux, le maintien de quelques dizaines de milliers.

Une démographie positive.
De moins en moins besoin de main-d’œuvre.
IA, Robotisation, automatisation, autonomisation.
Réduire la masse salariale pour maximiser les profits.
Automatiser les appareils de production pour produire jour et nuit, plus, plus vite.


Qui peut croire que le chômage est un problème alors qu’il n’est qu’une conséquence logique du capitalisme et de l’évolution technologique ?
Nous produisons 4 fois plus avec 2 fois moins d’hommes qu’il y a 30 ans.



Sur ces presque 500 000 offres d’emploi, une étude met en évidence que la moitié est illégale, déjà pourvus, en doublon.
Il y a probablement à peine 250 000 offres d’emploi, pour 9 millions d’individus en recherche d’un emploi. Peut-on vraiment continuer à mener une guerre contre les chômeurs et le chômage ?
Peut-on continuer à appliquer la politique qui n’a pas fonctionné ces 30 dernières années ?
 Voulons-nous vraiment que le taux de pauvreté en France explose comme en Angleterre, en Allemagne, aux USA ?
 Tout cela pour la croissance, le PIB, les dividendes ?


Qui peut raisonnablement croire qu’avec le gouvernement de Macron, les entreprises vont créer des MILLIONS d’emplois quand elles en détruisent plus qu’elles n’en créent depuis 30 ans ?

 C'est du non sens. C'est absurde. Les vieilles recettes d'hier ne peuvent pas être les solutions de demain.

Sébastien Moineau

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    complètement d'accord, le nier serait stupide... et ? .. il est clairement entendu que le travail, le salaire, ne doit plus être la seule source de revenus... "le peuple d'en bas" ne pourra pas sauver le monde, ni même l'Europe.Le pouvoir ne tombe pas, ou que très brièvement, dans les mains des pauvres, des miséreux, et aujourd'hui, les smicards. D'ailleurs, dernièrement, les nouvelles nanotechnologies, les avancées et découvertes biologiques, génétiques et neurologiques, révèlent que les humains , depuis moult générations, vont complètement à l'encontre du fonctionnement et du rythme humain. Par exemple, nous sommes génétiquement programmés pour nous reposer après le repas de milieu de journée, nous sommes des mammifères diurnes omnivores, ce sont nos gênes (trouvez un seul mammifère qui ne fasse pas de sieste !). L'industrialisation en masse a créé un capitalisme qui va à l'encontre de notre propre biologie. Nous avons aussi besoin de nous sentir utiles, valorisés et sociaux, donc le travail est nécessaire, bien sûr. Simplement, le juste équilibre entre le temps de travail et le temps personnel permettrait d'avoir du travail pour (presque ?) tout le monde. Mais les gens des hautes sphères ne peuvent approuver, évidemment.

    RépondreSupprimer
  2. A lire le livre Utopies réalistes.
    D'ailleurs le mouvement Génération.s ont en commun pas mal d'idées avec ce livre

    RépondreSupprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

La valse des idées brunes par Myriam Da Molin

Je regrette l'époque où tout le monde autour de moi avait lu «matin brun» et se demandait comment lutter contre cette dangereuse ind...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers