dimanche 23 juillet 2017

Cinq Euros : le Prix du Mépris

 

Tout se chiffre, dans la vie, en fait, effectivement, tout a un prix.


C'est dérisoire, pour des gens qui n'ont jamais vraiment souffert, c'est vrai, cinq euros.
Cinq euros, c'est le billet qui est le plus usité en Europe.
Cinq euros, c'est la moitié horaire, d'une journée, la moitié du temps d'une vie donnée, le matin.
Cette absurdité qui permet à un système de vendre du temps quand celui-ci nous est donné gracieusement par la vie, on doit la payer jusqu'à la mort.
Cinq euros, c'est vraiment rien?


C'est 33 anciens francs.
C'était un repas complet, c'est maintenant un sandwich sur le pouce de malbouffe, un petit déjeuner au café avec croissant et beurre et confiture.
5 euros, c'était aussi , et c'est encore un pantalon, une veste, un tee shirt si on sait chercher, une paire de pompes en promo.
Des paquets de pâtes, du riz.
Des paquets de bonbons pour faire plaisir aux enfants.
L'augmentation du prix du gaz ou de l’électricité, qui, avec le jeu des taxes se transforme en 20, 30 euros...


C'est vrai que c'est rien mais c'est tout quand tu crèves la dalle.


5 euros, c'est énorme quand tu es étudiant et que tu galères comme un malade pour étudier.
Si on regarde la situation des jeunes boursiers, on leur a mis un échelon supplémentaire afin d'aider les étudiants pauvres, mais qui l'étaient pas assez,  àavoir des aides, notamment leur payer l'inscription. On a aussi mis en place un échelon pour donner des sous pour les démunis mais ça n'a pas bénéficié aux pauvres étudiants dans leur ensemble, surtout que les allocations logements n'avaient pas augmenté et que les crédits accordés à la Jeunesse baissent encore plus...
Et là., vlan 5 euros en moins dans la tronche d'étudiants qui se démerdent avec l'équivalent du RSA.
Ce sont aussi ces jeunes qui commencent dans la vie avec rien, sans qualification, qui se retrouvent sans RSA car trop *jeunes" et à qui on enlève encore quelque chose.
Un cycle infernal...

Des exemples, il y en a trop.


C'est 60 euros par an, ça fait 400 anciens francs, et c'était une vraie fortune, avant.

Alors, la question que je me pose, au vu que c'est rien et pas grand chose, donc on les retire aux pauvres, ces 5 euros, pourquoi donc on ne leur laisse pas et on augmente pas ces allocs de 5 euros de plus, voire même du quintuple, vu que c'est rien, ces cinq euros?

Et pourquoi donc on les enlève?
Pour faire des économies?

On a l'impression que ce gouvernement voudrait faire ralentir la croissance, qu'il ne s'y prendrait pas mieux.
Il augmente la CSG pour ceux qui consomment encore, les retraités. Un autre exemple.


Mais là où est l'ironie de la chose, c'est que ces 5 euros, comme cette CSG en plus, c'est de l'argent qui sera jamais délocalisé ailleurs, dans cette fuite de capitaux qui nous laisse exsangue... de ces plus riches qui continuent à être chouchoutés...au lieu de redistribuer les charges sociales équitablement.

L’État est un gigantesque entonnoir qui pompe à lui tout seul  de plus en plus environ la  moitié des richesses nationales produites... et une énorme partie de ces richesses s'enfuit à l'étranger.
Pourtant, il baisse de manière continue les aides aux plus pauvres.
Il continue à laisser les plus vulnérables, les Jeunes et les personnes âgées dans la panade...
C'est une espèce de mépris, en fait c'en est même un concentré.

On fait, on sait ce que ça représente, 5 euros...

Le prix du mépris est maintenant connu:

 Il est de 5 euros



1 commentaire:

  1. Sans compter que les 5 Euros deviendront 10, puis 15, puis... Et en plus ce mensonge concernant cette mesure généralisée inique que sa majesté Macreux n'assume même pas...

    RépondreSupprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

La condition des sexes ou le malentendu relationnel

Je suis un homme. Mais avec un drapeau blanc. Je ne viens pas porter un quelconque jugement sur le phénomène des hashtags récents dénonçant...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers