jeudi 27 juillet 2017

En Marche: quand quelques somnambules se réveillent!




Il en a accumulé des gaffes, depuis son élection, Macron 1er... Et pourtant, il y a eu si peu de réactions jusqu'ici... Médias à la botte, politiques amorphes ou partis en vacances depuis les législatives, et députés godillots... On entend un peu Mélenchon et les siens, qui essaient de se faire entendre mais sont tellement minoritaires à l'Assemblée Nationale, et il y a évidemment, obstinément, vaillamment, Benoît Hamon, qui détricote avec clarté les manœuvres lamentables du tyranneau...

Et puis là, tout à coup, un petit vent rafraîchissant souffle dans les rangs même du Nouveau Monarque!
Et ça fait plaisir, même si on est encore loin d'une révolution...



On n'en peut déjà plus, nous les "opposants", de ce roitelet qui se croit le maître des horloges, le maître des armées, le maître du monde... qui fait le mariole avec Trump et des bisous à Poutine, n'est plus trop gêné que Bachar reste au pouvoir, reçoit tout le monde à grands frais dans les plus jolis châteaux de France, met l'armée au régime sec, le peuple et les travailleurs à la diète sévère et durable et humilie ceux qui lui résistent!







Depuis le temps qu'on se demande si les Marcheurs ne sont qu'un seul et même logiciel implanté dans des milliers de cerveaux, sortes d'Intelligences Artificielles au service de Big Brother, sans aucune autonomie ni réflexion propre.



L'état de sidération s'est imposé face à ce constat:
les Marcheurs macronistes sont un peu comme les Marcheurs Blancs de Game of Throne...
Une armée qui avance, détruit tout sur son passage, sans pitié, sans pensée...
Macron en chef des Marcheurs Blancs, on t'a reconnu!
Si ce n'était pas tragique ce serait cocasse...



Mais quelques uns ont découvert que le petit roi n'est pas très démocrate même dans l'organisation de son propre camp!

Les Marcheurs se réveillent, le train fantôme LREM est habité!


Deux petit mouvement transgressifs se créent, sous nos yeux attendris: les "Marcheurs en colère", et les "Démocrates en marche"... qui ne se revendiquent pas encore autonomes, certes, le pas est grand de l'obéissance totale à l'émancipation, il faut les comprendre...

Le droit d'entrée à LREM reposait sur l'obligation de voter pour tous les textes proposés par le gouvernement, et d'être toujours du même avis que le "patron". Cela ne choquait pas les nouveaux Marcheurs, sur le moment...

Mais certains commencent à prendre des chemins de traverse...


Ainsi, non content de dévisser de 10 points dans les sondages cette semaine, le Monarque fait aussi face aux critiques des siens sur plusieurs sujets: quelques dissensions sont apparues lors du travail en commission, notamment sur le devenir de la réserve parlementaire ou encore sur les futures règles de fonctionnement des frais des députés.
 Un premier accroc dans l'unité autoproclamée des marcheurs, alors que des divergences apparaissent également sur la baisse des aides au logement.
 Deux députés REM, Matthieu Orphelin et Amélie de Montchalin, ont ainsi ouvertement critiqué cette baisse sur leurs comptes Twitter.
 Certains députés LREM ont même voté des amendements de l'opposition sur la future loi travail!!!

La "discipline" (la tyrannie, plutôt) de "La République en marche" commence à indisposer les adhérents du mouvement. Un collectif s'est créé, "Les Marcheurs en colère".

Fondé pendant les législatives, il revendique aujourd’hui plus de 7 000 membres et entend relayer la parole des déçus du mouvement. Sa porte-parole, Tiphaine Beaulieu, dénonce notamment "des adjoints ou des élus de mairies, qui ont essayé de s’exprimer et qui ont été menacés. Des représentants de La République en marche qui ont essayé de parler et qui ont été exclus de boucles de communication Telegram. Des gens qui aussi ont essayé de s’exprimer et qui du jour au lendemain ne pouvaient plus accéder à leur espace personnel En marche".

"On interroge aujourd’hui le principe démocratique, y compris la liberté de s’exprimer", affirme Tiphaine Beaulieu!



Et la grogne va plus loin...

Elle a même été portée en justice mardi 25 juillet!
Des membres de la République en Marche, constitués en collectif, "La Démocratie en marche", ont ainsi engagé une procédure en justice pour contester les nouveaux statuts du mouvement, dénonçant un "manque de démocratie interne".

Une audience en référé était prévue mardi 25 juillet devant le tribunal de Créteil, a indiqué lundi à l'AFP Rémi Bouton, un des porte-parole du collectif "Démocratie en marche".

La procédure engagée s'appuie sur "un vice de forme", le collectif estimant que "la convocation à ce vote ne respecte pas les actuels statuts du mouvement", notamment en ce qui concerne les délais. Depuis dimanche et jusqu'au 30 juillet, les nouveaux statuts du parti d'Emmanuel Macron, dévoilés le 17 juillet, sont soumis au vote, par voie électronique, des membres ayant adhéré au mouvement avant le 9 avril 2017. Le résultat du scrutin doit être connu le 1er août.

"Les statuts proposés cantonnent les adhérents à un rôle de supporteur et les excluent de la gouvernance, aussi bien locale que nationale", dénonce dans un communiqué le collectif "La Démocratie en marche", pour qui "ce "verrouillage"révèle une certaine défiance vis-à-vis des adhérents et apparaît en contradiction avec les valeurs de REM".

"On a essayé de savoir qui écrivait ces statuts, pourquoi il y avait une telle urgence, ce qui faisait qu'il fallait absolument les faire voter comme ça, au cœur de l'été, et on s'est retrouvé face à un mur", a expliqué Rémi Bouton.
"On a vu qu'il y avait un vice de forme dans la convocation, on a décidé d'attaquer pour arrêter le train fou".
Le collectif réclame en particulier "la tenue d'un grand débat national qui permette à REM de construire de véritables statuts démocratiques".

Alors? Les Marcheurs se réveilleront-ils enfin??? Oseront-ils prendre position contre le goût immodéré du pouvoir de leur chef, qui se manifeste chaque jour de façon insupportable et destructrice pour notre société???


Sources:
http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/certains-marcheurs-n-emboitent-plus-le-pas-au-president-macron-s-ils-sont-en-colere-aujourd-hui-c-est-parce-qu-ils-ont-ete-meprises_2298231.html

http://www.ladepeche.fr/article/2017/07/25/2617782-des-adherents-d-en-marche-attaquent-leur-parti-en-justice.html

3 commentaires:

  1. Hé oui, depuis quelque temps les petits signes se suivent et se ressemble, ils s'organisent et montent au créneau désormais, je souhaitais dans un post, il y a une dizaine de jours qu'ils prolifèrent, se multiplient, fassent beaucoup de petits, je renouvelle ce souhait... Je dois dire que j'ai espéré que cela
    arriverait, parmi ces élus, tous ne peuvent pas être des moutons...On peu espérer que peu à peu ils désertent le navire et partent rejoindre d'autres groupes, ce qui réduirait d'autant le poids de notre Président Jupitérien...malheureusement, j'ai bien peur qu'il ait prévu la parade, celle de tout mettre en place avant que cela arrive et qui lui donnera les moyens d'atteindre son but !

    RépondreSupprimer
  2. il est encore temps même si Macron impose un timing infernal, de réagir et d'opposer la résistance au despote qu'il devient de jour en jour.

    RépondreSupprimer
  3. le centre n'existe pas , ou c'est un trou noir
    Les centristes finissent toujours par se scinder en deux et les débris qui restent, (comme les bayrouistes) tombent dans le vide intersidéral qui sépare la droite de la gauche
    F Marandet

    RépondreSupprimer

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

c' est la cata !!!

Me revoilà après un petit passage à vide , les dernières semaines les choses sont allées mal dans le monde , mal pour la nature , pour les...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers