lundi 17 juillet 2017

Un bon p'tit coup d'austérité, ça soulage (le porte-monnaie)...



Allez ma France, tu vas pas bien, t'es toute pâlotte...
Les citoyens en ont ras-le-bol, ils sont de plus en plus dans la dèche, ils vont plus voter, ou votent pour des mirages.

Mais les mirages, quand ça arrive au pouvoir, non seulement ça se la joue Jupiter and co, mais en plus ça tiraille à peine débarqué sur tout le monde... Enfin non, pas tout le monde... Juste sur ceux qui vont déjà pas bien...



Il a dit qu'il n'était ni de droite ni de gauche! Laissez-nous rire! Il fait tout ce que même la droite n'aurait pas osé! Fortiche le mec, ça il en a. C'est vrai que c'est dur de ne faire plaisir qu'à ses amis riches, et de mettre tous les péquenots qui ont espéré et cru en lui dans une panade encore pire...

Loi travail: destruction en cours, hier tu avais des droits, ami salarié, tu auras des problèmes maintenant.

Alors ça c'était la semaine dernière, mais le temps passe, il faut meubler, être actif!!! Etre en Marche!!!

En Marche sur la tête du peuple qui l'a élu oui, M'sieur Jupiter... Et que je te les piétine tous les miséreux, ça crie même pas!

Allez ma France, tu vas pas fort, t'es toute patraque...
Une petite cure qu'il te faut!
Ils l'ont dit là-haut, et là-haut ils ont raison parce qu'ils ont gagné les élections, alors vrai ou faux, ils s'en foutent, ils sont les patrons!
Une petite cure qu'ils ont dit.


C'est parti pour une petite purge, tiens, une bonne vidange de ceux qui sont déjà essorés, vous savez, le principe de la saignée, déjà chez Molière ça marchait du feu de dieu!

Une p'tite saignée mes braves, la finance sera toute gaie après, vous verrez!

En quelques mots ce doux remède bien concocté, bien efficace comme chacun sait.




T'as un plan?

4,5 milliards d'euros d'économies, qui vont étrangler les ministères, pas de mystère.
Et vas-y qu'on oublie les promesses, la sécurité, l'éducation, tout ça tout ça.
Non, l'important, c'est de maintenir le déficit public à 3% du PIB, plus personne ne sait vraiment à quoi ça sert vu que le contexte économique a complètement changé depuis que cette "règle d'or" nous est tombée sur le coin de la pomme... Mais c'est pas grave.
Juste pour qu'on comprenne, cette règle des 3% remonte à un petit moment... Pondue sur un coin de table par trois hauts fonctionnaires français (Guy Abeille, Pierre Bilger, Roland de Villepin) elle est devenue un des critères à respecter quand on est un pays digne d'être européen à l'occasion du traité de Maastricht. Bref, la doctrine remonte quand même à 1990... Il est moderne le nouveau président, y a pas à dire!

Un petit clystère, vous reprendrez bien un petit clystère?

Alors cette fois-ci puisqu'il paraît qu'il y a un trou imprévu dans le budget de l'Etat (Jupiter se serait-il planté dans ses calculs quand il était aux manettes de Bercy?), parce qu'un des bouts de la blague, c'est quand même qu'il reproche à ses prédécesseurs leur inconséquence budgétaire, sauf que ses prédécesseurs, au Budget, c'était qui??? Oh le petit filou! Il ne serait pas en train d'essayer de nous raconter des histoires?...


Les mesures d'austérité frappent des domaines dont le candidat Macron avait annoncé qu'ils seraient ses priorités: sécurité, justice, éducation... "Je retourne ma veste, toujours du bon côté" (sacré Dutronc! Merci, lui au moins il parle d'or, toujours)

L'essentiel de cet "effort" budgétaire, en fait de ce serrage de vis, sera porté par les fonctionnaires (2 milliards).

Le point d'indice est de nouveau gelé (ce qui signifie que les salaires sont bloqués, et n'augmentent plus en fonction de l'augmentation du coût de la vie). Déjà gelé de 2012 à 2015, le point d'indice (donc le salaire) des fonctionnaires avait été "dégelé" en fin de mandat par le gouvernement Hollande... Les fonctionnaires n'auront pas eu le temps de voir passer l'embellie!
Non contents de voir leur salaire bloqué, ces maudits fonctionnaires vont aussi prendre en pleine figure l'augmentation de la CSG de 1,7% sans compensation, et tant qu'à faire, ne bénéficieront pas de la suppression des cotisations chômage et maladie prévue au 1er janvier 2018. Décidément, on les aime pas ceux-là...
Le hic, c'est que les fonctionnaires, c'est 3,8 millions de gens qui travaillent, et qui consomment... S'ils perdent du pouvoir d'achat, ils consommeront moins, et vu le nombre de consommateurs potentiels mis à la diète, on peut déjà se dire que le calcul est raté (qui dit moins de consommation dit moins de demande donc moins d'emplois etc. Le fameux cercle vicieux... dont on sortirait par une vraie politique d'investissement... Mais on en est loin, quelque part aux antipodes en fait).

On disait... relance de l'économie par un plan d'investissement?...

On est aux antipodes: pour faire encore plus d'économies, le gouvernement annule les "grands projets" notamment dans les transports, et cesse d'investir, pour ne pas dépenser. Du coup, non seulement les usagers ne verront pas les infrastructures s'améliorer, mais il n'y aura pas de créations d'emplois dans ce secteur. Moins d'emplois = moins de consommation = moins de rentrées fiscales et moins de demandes, donc moins de travail... Toujours le cercle vicieux de l'austérité, politique qui échoue partout où on la met en place (oui, l'Allemagne a moins de chômeurs, mais elle a beaucoup plus de pauvres et de travailleurs pauvres, ça fait rêver?) et que dire du Portugal ou de la Grèce, exangues???

On nous a dit que Macron était moderne? Non, vieilles recettes qui n'ont jamais "marché", et ne "marcheront" pas plus cette fois-ci!

Développez-vous... mais surtout débrouillez-vous!

L'Etat annonce une réduction du budget consacré au développement de 141 millions d'euros... Petit Manu fait comme son copain Trump!
Macron avait dit au Mali que l'aide au développement était un élément-clef de la paix dans la région, et un moyen de contenir les migrations. Il avait même promis d'augmenter de fond d'aide pour le porter à 0,7% du PIB en 2025... Mais ça c'était avant... de la com'...



Les fonctions régaliennes...

Le plus gros des économies va se porter sur les ministères dits "régaliens": 850 millions d'euros en moins pour la Défense, 526 millions de réduction pour la Sécurité, et 160 millions de restrictions pour la Justice...

Sécurité et Défense, au régime sec??? Qui nous avait promis pendant la campagne que ces 2 ministères seraient épargnés par les restrictions car indispensables pour ... un détail... la lutte contre le terrorisme.

En 2015, avec la bénédiction de Bruxelles, il avait été décidé que "le pacte de sécurité l'emporte sur le pacte de stabilité", dans l'intérêt des populations... Oublié.
Même l'armée proteste!

En décembre dernier, le chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, avait, dans une tribune publiée dans "Les Échos", demandé "en dépit de la complexité de l’équation budgétaire", une hausse "progressive" du budget de la Défense à 2% (hors pensions et opérations extérieures) du PIB "avant la fin du prochain quinquennat". On est donc loin du compte. Pourtant, Pierre de Villiers jugeait que c’était le seul moyen de "rester capables d’assurer, dans la durée, la protection de la France et des Français face au spectre complet des menaces". Malgré ses affirmations, le gouvernement ne semble pas déterminé à mener cet effort dans l’immédiat puisque, de fait, la part du budget de la Défense dans le PIB hors opérations extérieures va baisser.

Et la justice dans tout ça?
Le projet de réduction des dépenses inquiète fortement Laurence Blisson, secrétaire générale du syndicat de la magistrature, qui estime qu’il s’agit de programmes de rénovations indispensables. "Il ne s’agit pas d’embellir les tribunaux, mais bien plutôt d’empêcher qu’il pleuve dans les salles d’audience", indique-t-elle, en redoutant que l’on demande d’autres efforts à une "institution misérable", comme le gel d’embauches de contractuels indispensables au fonctionnement du service public. "Affirmer que l’on peut couper le budget de la justice et maintenir le même niveau de service rendu est hypocrite", ajoute-t-elle. Pour elle, c’est la négation de la situation critique de la justice qui est remise en cause, alors même que tous les candidats à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron compris, avait reconnu cet état de fait.

Donc les baisses de dépenses publiques ont mis par terre toutes les autres priorités de l'Etat, même sa sécurité...
Nous voilà pour 5 ans avec un gouvernement qui ne pense que finance.



Gérald Darmanin l’a d’ailleurs confirmé au Parisien : "Si nous baissons les dépenses, c’est pour pouvoir baisser les impôts." Toutes les autres priorités (aide au développement, investissement public, sécurité) passent donc au deuxième plan, y compris la lutte contre le terrorisme qui implique les budgets de la Défense et de la sécurité.

Il nous reste à compter sur la chance... Chance de garder un job, chance d'avoir une école qui continue à tourner sur le bénévolat des personnels, chance de ne plus avoir d'attentats, chance que les tensions dans la société s'apaisent par magie... On y croit? Vraiment?




Sources:
https://www.mediapart.fr/journal/france/110717/le-gouvernement-devoile-ses-premieres-mesures-d-austerite-budgetaire?page_article=2
http://www.leparisien.fr/politique/budget-de-la-defense-les-militaires-vont-devoir-se-serrer-la-ceinture-12-07-2017-7127793.php
https://www.contrepoints.org/2016/09/11/265452-nee-regle-3-de-deficit-de-maastricht

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire agressif et raciste sera enlevé, mais des dialogues constructifs sont les bienvenus

Place du travail

Place du travail En cette période de manifestation sociale, conséquence d'une ordonnance pour le moins controversée, je me s...

Rechercher dans ce blog

Mentions

La Voix des Semeurs est membre du Réseau

"Semeurs Citoyens"




Les avis exprimés par les différents contributeurs varient et sont de la seule responsabilité de leurs auteurs mais respectent les principes républicains de la Constitution Française, ainsi que la Loi sur la Liberté de la presse du 29 Juillet 1881.

Notre ligne éditoriale humaniste et utopiste fait admettre dans notre sein une pluralité d'opinions et non une ligne stricte imposée par la rédaction.

Aussi des nuances d'opinion se retrouvent dans les contributeurs et auteurs, et cette pluralité est encouragée dans notre réseau.

Google+ Followers